HOMELIE DU 7ème DIMANCHE DE PÂQUES ANNEE A

Classé dans : COVID-19, Evenements, Liturgie | 0

Bien aimé(e)s frères et sœurs en Christ ressuscité !

Dimanche dernier, Jésus promettait à ses apôtres qu’il ne les laisserait pas orphelins. Le jour de l’Ascension, il les envoie dans le monde entier pour qu’ils fassent de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père du Fils et du Saint Esprit (cf Mt 28) ; lourde mission pour les apôtres qui s’interrogent sur comment cette mission sera possible, sans la présence de leur maître, de qui ils ne veulent plus se séparer ; car ne voyant plus en lui le simple ami de l’autrefois, mais « Mon Seigneur et mon Dieu ». Pour ne pas laisser accroître leur angoisse et leur stupeur, Jésus leur fait cette promesse : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous. » (Act ;1, 8) avant de leur dire pour les rassurer : « Et moi je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Juste pour dire et leur faire comprendre que son départ n’est pas un abandon, mais une autre forme de présence, assurée par le Saint Esprit.

Pour attendre cette promesse et devenir les pionniers de la nouvelle mission qui les attend, ils se retirèrent au cénacle pour 10 jours de prière, prière qui deviendra pour eux le seul lieu de rencontre avec Dieu, mais aussi un moment privilégié de la réalisation de la promesse qui leur était faite. C’est la recommandation de Jésus, la voie qu’il leur a montré par son ultime prière au moment de « passer de ce monde à son Père », notre Père.

Frères et sœurs, à travers les disciples réunis dans la chambre haute, c’est l’Église en gestation avec la présence de Marie, la Mère de Jésus ; elle qui, aujourd’hui comme autrefois nous invite à la prière qui est « la respiration de la Foi et son mode d’expression intrinsèque, un cri qui sort du cœur de celui qui croit et s’en remet à Dieu » (Pape François) et à faire tout ce que son Fils Jésus nous dit. Car, désormais dépositaires de la noble mission de l’annonce de la Parole de Dieu à leurs frères et sœurs, les apôtres, amis de Jésus, doivent tout discerner dans la prière pour savoir ce que Dieu veut pour son peuple. Et cette Église naissante peut compter sur le Saint Esprit qui non seulement va leur rappeler ce que leur maître leur a enseigné, mais aussi leur inspirer les demandes et les actions appropriées et adaptées aux désirs de Dieu. Cette Église doit aussi apprendre à s’inspirer de l’exemple de Jésus qui, par sa prière, montre sa totale communion avec son Père. Oui ! Ils sont liés l’un à l’autre par une communion éternelle que les évangiles mettent en exergue parfois par des nuits entières ou de longues heures de prière à son Père. Moments uniques du cœur à cœur et d’abandon confiant. Et ce qui est extraordinaire c’est que Jésus nous associe tous à cette prière. Il désire que nous découvrions le bonheur de prier à travers sa prière et surtout de savoir que c’est lui, le Christ, qui nous inspire de prier et qui prie en nous. N’est-ce pas ce que nous dit le Pape François lorsqu’il dit que «  dans le cœur de l’homme il y a une voix qui prie… une voix qui sort spontanément sans que personne ne lui en donne l’ordre » ?

Bien aimé(e)s du Christ ressuscité, voilà le message qui est rappelé à une Église en train de naître et dont la gestation se fera dans la douleur et la souffrance. Mais une souffrance qui, accueillie avec patience, calme et endurance, débouche sur la gloire de Dieu, car pour Saint Pierre dans la deuxième lecture, « si vous communiez à la souffrance du Christ…. si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu repose sur vous. » Oui ! En tant que disciple du ressuscité, nous sommes invités à suivre la voie de notre Seigneur et Sauveur, à nous abandonner à lui comme lui à son Père, car ces moments difficiles que nous traversons, nous ouvriront certainement les portes des vraies joies. Ayons donc confiance, nous ne sommes pas seuls, Jésus prie pour nous, Marie sa mère et notre mère prie aussi avec et pour nous. Prions aussi les uns pour les autres comme la première communauté, où chacun était assidu à la prière, et que l’Esprit Saint promis par Jésus nous fortifie. AMEN

père Gérard Eklu