LITURGIE FAMILIALE DU 02 MAI 2021 : 5ème DIMANCHE DE PÂQUES – Commentaire

Classé dans : Evenements, Liturgie | 0

LITURGIE FAMILIALE DU 02 MAI 2021 : 5ème DIMANCHE DE PÂQUES

« Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruits, car, en dehors de moi, vous ne pourrez rien faire » (Jn 15,5).

Nous sommes à une période critique de la vie de Jésus et des disciples. La mort du Christ est imminente. Et il leur donne son ultime testament, comme un père sentant sa mort prochaine, livre à ses enfants les pensées profondes de son coeur : je désire que vous portiez de bons fruits, mais vous n’y arriverez qu’en union profonde avec moi, comme moi je le suis avec mon Père.

Et comme à l’accoutumée, Jésus fait appel à leur mémoire à travers l’image de la vigne : Je suis la vraie vigne, mon Père est le vigneron, et vous les sarments. Les disciples connaissaient bien cette image. Les prophètes, notamment Isaïe, l’avaient déjà utilisée pour comparer l’amour de Dieu pour son peuple, à l’image du vigneron qui prend soin de sa vigne. Mais aussi comment ce peuple l’a souvent déçu en ne donnant pas les fruits de sainteté attendus.

Mais ici Jésus va plus loin : il est lui-même la vigne ; celui qui de tout temps demeure avec le Père. Il fait appel à ce qu’il disait depuis : il est le Témoin fidèle, le Juste, la Porte, le Bon Pasteur, celui qui refait toute chose nouvelle. Il est le Chemin, la Vérité, la Vie. Celui qui veut réellement porter la vie ou de bons fruits, est appelé désormais à se greffer sur lui. Ainsi, tout disciple doit être sarment, la branche greffée sur le Christ. Ils forment ensemble cette humanité nouvelle qu’est l’Église, que le Père ne cesse de purifier encore et encore pour une fécondité toujours plus grande et sans cesse renouvelée.

Et le signe suprême de cette connexion est la charité en actes et en vérité, comme nous le rappelle saint Jean, dans la 2ème lecture : « Mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé ».

C’est ce que les premiers chrétiens ont essayé de vivre, et que le livre des Actes des Apôtres montre si bien : « Ils étaient fidèles à écouter l’enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières » (Actes 2, 43). Ainsi l’Église « se construisait et marchait dans la crainte du Seigneur ; réconfortée par l’Esprit-Saint, elle se multipliait. » (cf. 1ère lecture).

Oui, demeurer dans le Seigneur à travers la Parole de Dieu, les sacrements (surtout l’eucharistie et le sacrement de réconciliation), l’oraison, l’adoration… Et par-dessus tout, apprendre à dépasser nos peurs, pour accueillir et prendre soin de nos frères et soeurs, à l’image de Barnabé vis-à-vis de saint Paul, dans la 1ère lecture. C’est seulement ainsi que le monde saura que nous sommes des disciples à la suite du Christ.

Puisse l’Esprit-Saint nous combler de ses dons, afin que chacun, selon sa vocation propre, puisse en témoigner auprès des coeurs qui cherchent Dieu. Amen !

Bon dimanche à tous !
In Christo,
P. Magloire KETEHOULI