Liturgie familiale du 5ème dimanche de Pâques 10 mai 2020 – Secteur du Val d’Orge

Classé dans : COVID-19, Evenements, Liturgie | 0

Préparation

Parce que nous ne pouvons pas nous réunir en ces jours où nous sommes confinés et que nous ne pouvons pas nous rassembler pour le repas du Seigneur, voici une proposition pour célébrer à la maison, seul ou en famille, n’hésitez pas à l’adapter.
Commençons par préparer l’endroit où nous allons prier : une belle nappe avec une fleur et une bougie, ma Bible ou mon Nouveau Testament ouvert au chapitre 14 de l’évangile selon Saint Jean, éventuellement une icône représentant la Cène ou toute autre incitant à la prière.
S’il y a des chanteurs et des musiciens à la maison, ils peuvent participer en préparant un chant ou deux.

Si vous êtes plusieurs, vous désignez celui ou celle qui va guider la prière (désigné ensuite par G), par exemple, le père ou la mère de famille ou le(la) plus ancien(ne).

Les indications sur comment faire ou qui doit faire sont en rouge. En gras figurent les textes à dire par tout le monde. Les liens sont surlignés.

Chants proposés

  • Jésus est le chemin 
  • Pierres vivantes rassemblées (A 43-01)
  • Pierres vivantes (T18-74 Marie-Louise Valentin, Hubert Bourel)
  • Au cœur de ce monde A 238
  • Peuple de prêtres C 49
  • Tu nous appelles à t’aimer T 52
  • La vérité, le chemin, la vie / Né de la poussière (JEM 135) 
  • La première en chemin, Marie (V565)
  • Dieu qui nous appelles à vivre. (K 158)
  • Peuple de baptisés. (K 106)
  • J’ai besoin de votre aide (Sans tarder)
  • Sois témoin (Agapê)
  • Le chemin de la vie (DEV46-38 Théophile Penndu, Patrick Richard)
  • Notre chemin (G131 Odette Vercruysse)
  • Alléluia Magnificat

Liturgie familiale

Ouverture de la liturgie

G : Jésus est la Porte par laquelle passent les brebis bien aimées pour aller sur le chemin qu’il trace lui-même, un Chemin qui est celui de la Vérité et de la Vie Un chemin pour aller vers le Père.
Comment l’annoncer aujourd’hui ?

Comme l’Église des premiers temps, inventons les services qui peuvent répondre aux besoins et aux questions de notre monde. A nous d’être les pierres vivantes qui construisent l’Église.

Au moment de faire sur nous le signe de croix, prenons le temps de « bien » le faire :
ce signe tout entier, nous enveloppe,
nous marque du signe de la rédemption,
est signe de l’amour et de la miséricorde.
Il marque la présence de Dieu parmi nous et
nous rappelle que par le Christ, nous sommes tous frères.

G : En union avec notre évêque et les chrétiens de notre secteur, de notre diocèse et du monde entier, nous faisons sur nous le signe de la Croix :
AU NOM DU PÈRE ET DU FILS ET DU SAINT ESPRIT. AMEN

G : Béni soit, Dieu, notre Père, qui nous rassemble et nous accueille en son Fils Jésus Christ.
Tous : Béni sois tu notre Dieu, maintenant et toujours.

: Ensemble nous pouvons chanter la gloire de Dieu.
Gloire à Dieu (par exemple, celui de Messe de St Claude la Colombière ou celui de la Messe de la petite Thérèse)

G : A chaque instant, Dieu très-haut, tu es proche de nous. Nous te prions avec confiance, toi qui es notre Père, et que nous désirons connaître. Apprends-nous à percevoir dans l’Évangile de Jésus l’écho de ton amour, à découvrir en lui « le Chemin, la Vérité et la Vie ». Le temps de tes merveilles n’est pas achevé, qu’elles soient nouvelles pour nous chaque jour par la grâce de ton Fils, notre Seigneur.
Amen

Liturgie de la Parole

G : Dans la 1ère lecture, les apôtres choisissent sept hommes remplis d’Esprit Saint et de sagesse pour le service de la communauté. Aujourd’hui, avons-nous toujours l’audace d’appeler des hommes et des femmes pour le service de l’Evangile ?

G : Dans la 2ème lecture, Pierre rappelle que Jésus est devenu la Pierre d’Angle. Il est la Pierre Vivante rejetée par les bâtisseurs. A la suite de Jésus, nous sommes les Pierres Vivantes de l’Eglise. Les plus belles de nos églises ne deviennent-elles merveilleuses que lorsque nous y sommes rassemblés pour acclamer notre Seigneur ?

Une personne introduit la lecture de l’Évangile : Dans ce passage d’évangile, les disciples sont « déboussolés » à l’idée de voir disparaître Jésus. Un discours d’adieu. Les disciples se posent des questions. Ecoutons les paroles de Jésus, laissons-les pénétrer.

Acclamons l’évangile :
Alléluia, toi notre Sauveur (refrain) ou : Alleluia Magnificat (refrain). 
G : Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur.
Personne ne va vers le Père sans passer par moi.

L’un d’entre vous lit l’Évangile lentement :

Commentaires du père Olivier

Après un temps de silence nous proclamons ensemble la foi de notre baptême :
Je crois en Dieu, …

Prions

Prière universelle

Après un temps de silence nous partageons des intentions de prière, nous pouvons ajouter également celles qui nous viennent spontanément. Vous pouvez les partager à plusieurs voix.

Introduction
G : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé » nous dit Jésus. Ensemble présentons nos prières à Dieu son Père et notre Père, toutes les intentions que nous portons en nos cœurs.

  • « Nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
    Dans notre monde en proie au doute et à l’inquiétude, tu nous montres la voie à suivre à travers ce que tu as vécu en tant qu’homme ; merci Seigneur.
    Nourris de ta Parole, que nous soyons des témoins d’espérance pour construire une société plus juste et plus fraternelle.

♪ : Entends nos prières, entends nos voix, entends nos prières, monter vers toi.

  • « On les présenta aux Apôtres et, après avoir prié, ils leur imposèrent les mains. »
    Merci, Seigneur, pour toutes celles et tous ceux qui répondent à ton appel à être au service de leurs frères et sœurs, si précieux en ce temps de pandémie.
    Pour qu’ils trouvent tous les soutiens dont ils ont besoin, nous te prions.

  • « Jésus est la pierre vivante rejetée par les hommes mais choisie et précieuse devant Dieu. »
    Par le baptême, nous sommes unis à toi et les uns aux autres et tu fais de nous des pierres vivantes pour annoncer ta Bonne Nouvelle. Merci Seigneur.
    Donne-nous d’être proches de ceux qui souffrent de maladie, de solitude, de deuil et de trouver les gestes et les paroles qui réconfortent.

Chacun pourra ensuite poursuivre avec des intentions personnelles de prière…

G : Père très bon, tu veux le bonheur de tous tes enfants. Comble au-delà de leurs désirs et de leurs besoins ceux pour lesquels nous te supplions. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Notre Père

G : Dieu nous communique son Esprit d’unité et de communion. Nous pouvons lui parler comme Jésus nous l’a enseigné :

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.
Amen

Nous pouvons poursuivre : Délivre-nous de tout mal Seigneur et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde libère-nous du péché, rassure-nous devant les épreuves en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets dans la venue de Jésus-Christ notre sauveur.
Car c’est à Toi qu’appartienne le Règne, la Puissance et la Gloire pour les siècles des siècles.

G : invite ceux qui sont rassemblés à la maison à s’unir à la prière de communion spirituelle :

Seigneur Jésus, je crois à ta véritable présence
dans le pain et dans le vin consacrés.
Je t’aime toi le Seigneur de ma vie.
Je désire profondément répondre à ton invitation,
communier, te recevoir au plus intime de ma vie.
Je ne peux maintenant te recevoir sacramentellement.
Viens Seigneur habiter spirituellement ma vie.
J’ai faim de ton amour,
j’ai faim de ta vie donnée pour nourrir toute ma vie.
Au jour le jour que j’apprenne de toi à donner ma vie à aimer.
Oui, Seigneur Jésus que je demeure fidèle à ton commandement
et que jamais je ne sois séparé de toi.
Amen

Cette prière est suivie d’un bon moment de silence, de communion spirituelle.

Nous sommes envoyés

Avant la bénédiction finale, voici un avis important concernant les finances des paroisses.

Voilà plus d’un mois que nous ne pouvons plus nous réunir. Voilà plus d’un mois que les baptêmes et les mariages ont été reportés.

Voilà plus d’un mois que vous n’avez pas l’occasion de contribuer à la vie économique des paroisses du secteur, et du diocèse, par les quêtes ou le denier de l’Eglise.

Mais…. Pendant ce temps-là nous devons continuer à assumer les charges habituelles : salaires, abonnements divers (eau, gaz, électricité, téléphone, informatique, assurances…)

Si vous le souhaitez, et c’est important,
vous pouvez contribuer à la vie économique de l’église en donnant pour la quête en ligne
https://donner.catholique.fr/quete/~mon-don

Cela permet de faire un don qui sera reversé au secteur ou à la paroisse concernée.
Bien préciser le diocèse et la paroisse en envoyant votre don.

Après avoir pris connaissance de cet avis, le ou la plus ancien(ne) bénit l’assemblée :
Que le Seigneur nous bénisse et nous garde !
Que le Seigneur tourne vers nous son visage, et qu’il nous apporte la paix..
Au nom du Père, du Fils et du St Esprit
Amen

Puis si possible prendre un chant ; Bon dimanche !

 

Et puis aussi

Proposition de TEMPS DE PARTAGE AVEC LES ENFANTS

Quand tu te promènes à la campagne, en forêt ou en montagne, heureusement il y a des pancartes pour t’indiquer le chemin. Sans cela tu pourrais te perdre !
Dans ta vie, en famille, dans ton école avec les devoirs, avec tes amis, quelles sont les personnes qui te guident ? Comment ont-elles évité que tu te trompes de chemin ? Peux-tu donner un exemple ?

Avec l’Evangile, Jésus place des « panneaux » sur notre route :

  • « Tu aimeras Dieu de tout ton cœur. »
  • « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »
  • « Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés. »

Y-a-t-il des paroles de Jésus qui t’ont aidé sur le chemin de ta vie ?
Ecris-les sur une feuille et tu peux te dessiner à côté de Jésus, en train de lui dire : « Merci. »

QUELQUES POINTS DE MEDITATION

Désorientés, nous aussi ?

Les disciples sont assez désorientés. C’est bientôt la fête de la Pâque ! Jésus leur avait dit à plusieurs reprises : « Il faut que le Fils de l’Homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit mis à mort et que trois jours après il ressuscite. » (Mc 8,31) Autant dire que ces paroles ne passent pas ! Certains les ignorent, d‘autres comme Simon-Pierre les refuse. Les apôtres ont quand même suivi Jésus qui essaye de les rassurer. « Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. » Comment Thomas peut-il comprendre ? « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. » C’est alors que Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

Aujourd’hui, ne sommes-nous pas un peu dans la même incertitude que les disciples. Savons-nous où nous allons ? Quel sera notre chemin dans notre monde blessé ? Pourtant les paroles de Jésus ont toujours quelque chose à nous dire. Si nous avons à mener un combat contre la maladie et pour un monde plus juste et plus solidaire, Jésus est à nos côtés, il est notre guide : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »

En union avec la famille de Dieu.

« Montre-nous le Père et cela nous suffit, » demande Philippe à Jésus. Bien sûr, les disciples ont affirmé plus d’une fois : « Tu es le Christ, tu es le Messie de Dieu » En fait, ils n’ont pas bien réalisé la profonde union qui existe entre Jésus et le Père.

Dans notre monde, nous parlons aisément de Dieu que nous n’avons jamais vu. Chacun se fait son image de Dieu. C’est le Dieu de « l’opinion publique !» Chrétiens, nous savons que le véritable « portrait de Dieu est dans la personne de Jésus. « Celui qui m’a vu a vu le Père. » Il y a une profonde communion entre Jésus et le Père sous l’action de l’Esprit-Saint : force immense de l’Amour.

Pierres vivantes de l’Eglise, nous sommes nourris de la Parole de Dieu par la prière, nourris (bientôt) de l’eucharistie et chargés de témoigner auprès des autres de notre amour en paroles et en actes : la Charité. Une vie chrétienne solidaire des plus démunis qui témoigne de notre appartenance au Christ.

Jean Guellerin.