Feuillet – 2ème dimanche de Carême 2021

Classé dans : Evenements, Non classé | 0
   

 

Voir et entendre

Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Mc 9,7-10 (La transfiguration)

 

CONTEMPLER LE MONDE

« Laudato Si’ » § 25

« Les pires conséquences retomberont probablement au cours des prochaines décennies sur les pays en développement.
Beaucoup de pauvres vivent dans des endroits particulièrement affectés par des phénomènes liés au réchauffement, et leurs moyens de subsistance dépendent fortement des réserves naturelles et des services de l’écosystème, comme l’agriculture, la pêche et les ressources forestières. »

 

CHERCHER UN CHEMIN DE CONVERSION POUR AGIR AVEC AMOUR ET JUSTICE

Nous sommes appelés à descendre de la montagne de la rencontre de Dieu pour apprendre à entendre le cri des pauvres et le cri de la terre.

– Comment dans ma vie j’entends et je ressens l’appel de Dieu ?

– « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Le Christ nous demande d’aimer nos ennemis, d’aimer les plus petits, d’aimer les plus pauvres… De quelles manières faisons-nous preuve de solidarité, d’écoute et d’entraide envers ceux qui souffrent sur cette Terre, à nos portes comme au loin ?

POUR NOURRIR NOTRE PRIÈRE

Le chemin de l’Évangile est une voie à tracer, une piste à tailler dans l’inconnu du quotidien, un sentier ouvert sur l’aventure, jalonné cependant par quelques précieux repères, illuminé par des indices qui ne trompent pas, des signes qui nous mettent sur la trace.
Indice que celui de la Transfiguration de Jésus, cette métamorphose momentanée et passagère devant trois de ses disciples ébahis…
Ses paroles sont Parole de Dieu lui-même…
Paroles qu’il ne faut pas oublier dans nos pénibles échecs, nos multiples vendredis saints…
À sa suite, au bout du chemin, pour nous aussi, il y aura métamorphose.

Extrait de Chemins de Pâques, 1996, Éd. du Signe.