4ème dimanche de Carême. « Cadeau »

Classé dans : Evenements, Liturgie | 0

Pour la liturgie familiale du 14 mars 2021 – 4ème dimanche de Carême. « Cadeau »

Cela n’est pas une information que de dire que nous sommes, encore, dans une période rendue compliquée par la situation sanitaire. Situation qui, en plus, reste fragile. Les consignes peuvent changer du jour au lendemain. Situation très inconfortable. Qui oblige à vivre les choses au jour le jour. Mais aussi à anticiper pour être prêts, dans le meilleur des cas… Quand Paul rappelle dans sa lettre au Éphésiens, que « c’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Eph 2, 4-10), il me semble qu’il nous invite, nous aussi, à regarder en face que nous n’avons pas la maîtrise du monde et de ce qui s’y passe. Disciples de Jésus, pas plus que les autres, nous n’avons le pouvoir de diriger ou de corriger. Mais en revanche, nous avons le pouvoir, dans nos vies, d’accueillir le salut, la vie, que Dieu nous offre comme un cadeau, comme une grâce, et en toutes circonstances, même les plus dures…

N’est-ce pas l’expérience aussi évoquée par le 2ème livre des chroniques ? Les personnes au pouvoir menaient leur vie en fonction de leurs règles. Ils refusaient d’entendre les messages à changer la manière de vivre ensemble, pour le respect de tous. Et finalement, devant l’invasion des Babyloniens, ils se trouvent incapables de faire face, et sont écrasés, déportés. Et Jérusalem est détruite. Et là, c’est tout le peuple qui paie le prix fort de leurs erreurs ! Mais c’est aussi le roi Cyrus qui décidera plus tard, sous l’influence de Dieu, de leur rendre leur liberté, de pouvoir retourner à Jérusalem, de reconstruire le temple. Cadeau !

A la veille de la Semaine Sainte, beaucoup ont travaillé pour donner les informations pour les offices de la Semaine Sainte qui approche à grand pas. Il a fallu beaucoup de travail, et la mobilisation de beaucoup d’acteurs, pour envisager de nous adapter pour pouvoir célébrer cette Semaine Sainte dans les circonstances présentes. Et rien de nous dit aujourd’hui que ce qui est prévu pour l’instant sera réalisable demain.

Nous aussi, comme à toutes les époques, nous faisons l’expérience de la fragilité de nos vies, qui se déroulent dans un contexte humain, social, environnemental, sur lequel nous n’avons pas la main. Mais nous l’avons sur notre manière de vouloir, encore et encore, nous engager pour que nos proches, mais aussi nos plus lointains, soient respectés, et puissent vivre heureux. Nous engager pour le service de la création, ça c’est à notre portée. Cadeau ! Même si nous savons bien que nous ne ferons pas le monde à nous tout seuls.

Une seule chose est sûre : nous allons entrer dans cette Semaine Sainte pour y accueillir le don de Dieu, don de la vie, don de sa bienveillance pour nous, pour tous. Pour y accueillir son invitation à nous engager pour la création, pour offrir en son nom à ce monde d’être bien vivant. « Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » (Jean 3, 14-21)

Nous pouvons prendre un moment pour partager entre nous une idée concrète, même modeste, que nous pourrions mettre en acte pour donner corps, pour faire un signe, à ce don que Dieu fait à tous. Pour que le monde et ceux qui l’habitent, par Jésus et son amour, soient vivants, soient sauvés !

Bonne préparation…

Olivier Morand